Eärendil.fr

    Schiaffino

    Partagez
    avatar
    Earendil
    Admin

    Messages : 23
    Date d'inscription : 25/07/2009
    Age : 35
    Localisation : Montpellier

    Schiaffino

    Message  Earendil le Sam 25 Juil - 15:47

    De très longue date, de nombreux petits armements caboteurs s'étaient créés en Algérie pour la desserte de la côte et, dès 1874, la société maritime C. Schiaffino, A. Jouvet et Cie, avait regroupé nombre de ces petites entreprises, pour constituer une flottille d'une dizaine de bâtiments côtiers à la veille de la guerre de 1914. La maison devait changer plusieurs fois de raison sociale par suite de fusions commerciales avec d'autres sociétés de la place d'Alger.
    En 1920, naissait la Société Algérienne de Navigation pour l'Afrique du Nord (Ch. Schiaffino et Cie) et, en même temps qu'elle armait ses premiers navires, elle reprenait la flotte des caboteurs de la Société de Navigation Côtière pour l'Afrique du Nord, qui avait succédé à C. Schiaffino, A. Jouvet et Cie.
    Cette même année 1920, s'éteignait le fondateur de la Compagnie, Charles Schiaffino; Laurent Schiaffino, son fils, lui succéda à la tête de l'entreprise de cabotage et de remorquage à Alger.
    Un nouvel essor était donné à la flotte, des trajets entre ports côtiers on passa aux voyages vers les ports espagnols avec les deux navires Quatre-Amis et Guillaume Tell, puis en 1924 une ligne était créée à Alger, et des ports d'Algérie vers Sète et Marseille et jusqu'à Rouen qui fut régulièrement desservi, ainsi que Brest, Caen, Dunkerque et Anvers, où la société apportait principalement des barriques de vin algérien. Le 30 décembre 1920, ceux des petits armements qui existaient encore entraient en liquidation Volontaire, laissant à Schiaffino toute liberté.

    Le premier grand navire de la flotte fut en 1920 le Marcel Schiaffino, ex-charbonnier rouennais Alice Depeaux, de 1 500 tpl, construit en 1887. Tous les bâtiments suivants portent les noms de la famille à l'exception du Schiaffino XXII, navire neuf, 22e de la flotte qui remplaçait le Marcel Schiaffino, et ne portait pas de prénom, tous ceux de la famille ayant été utilisés.
    Dès 1929-1930, la Compagnie lança un programme de construction neuve avec Monique (11), Ange (11), Marcel (11), Charles (111); ce dernier, de 6 000 tpl, transformé à moteur en 1958, fut pendant longtemps le doyen des cargos moyens français.

    Le doyen des caboteurs était, il y a quelques années, Ville de Dellys, ex-Jacques Schiaffino, 2.500 tpl, de 1930. En 1934, disparaissait mystérieusement le Schiaffino XXIV, entre Port-Louis et Sète.
    La guerre vit la perte des trois 5 250 tpl, Catherine, Jacques et Rose et les derniers d'avant guerre, Louis-Charles, Nicole et Prosper (ce dernier ex-premier bananier Petite-Terre de la Transat).
    En 1947, la Compagnie Schiaffino reçut le Matelot Bécuwe, du type « Empire », de 10.000 tpl, alors à la C.G.T.pour le renommer Marcel Schiaffino, et Nicole Schiaffino de 6 500 tpl ex-allemand Belgrad, coulé en Gironde en 1945 et renfloué.
    En 1950, la société devenait Société Algérienne de Navigation Charles Schiaffino et Cie, qui mettait en service de 1951 à 1952 les quatre 6.500 tpl, Monique, Ange, Marie-Louise, Louis- Charles. Puis, en 1956, la flotte s'augmenta de Rose (I1), Laurent (III), dernier cargo commandé par la Compagnie.
    En 1958, était acquis Schiaffino Frères (ex-Aspara des Chargeurs) et, en 1960, Algérie (ex-Tomoe des Transports Océaniques). Mais en 1965, la maison était obligée de vendre ses trois grands bâtiments : Marcel Schiaffino, Schiaffino Frères et Algérie.
    L'équilibre de la flotte se maintenait avec huit bâtiments dans le Nord et quatre dans le Sud.
    Vers 1968, au trafic d'Afrique du Nord est venue s'ajouter une activité vers Tahiti et la Nouvelle-Calédonie, au moment de l'exploitation de la base de Mururoa.
    Mais peu à peu la flotte classique du vieil armement devait être vendue. Seul navigue encore le Laurent Schiaffino, qui partage avec Marseille Fret un quota réservé au pavillon français sur l'Algérie (50 % du fret étant prévu pour Calais et Caen dans le cadre de la conférence France-Algérie).
    Les nouveaux navires de la Compagnie sont le roulier, Catherine S, essayé sur le Moyen-Orient. C'est un navire automatisé de dix-sept hommes.
    Le Charles Schiaffino, après avoir été affrété sur un parcours triangulaire : Sheerness - Baltimore Lagos, assure un service transmanche Dieppe Douvres.
    Le troisième : Schiaffino, inaugure Dieppe - Shoreham. Ces premières tentatives de la Compagnie dans le trafic traditionnel de la S.N.C.F. témoignent du dynamisme redonné à ce vieil armement centenaire par son directeur.

      Sujets similaires

      -

      La date/heure actuelle est Sam 15 Déc - 22:14